Un rêve impossible, faire sa bière maison ? Pas tout à fait. L’équipe d’On sen food ! s’est lancée dans le brassage, et on a démêlé tout le processus pour vous.

PETITS CONSEILS ESSENTIELS AVANT DE COMMENCER

Nous avons passé à travers tout le processus de brassage avec Sébastien Parenteau, brasseur professionnel. Il recommande fortement l’aide d’un expert lorsqu’on prépare sa première bière maison, au moins pour créer sa recette selon les saveurs que l’on désire et avoir les conseils d’un connaisseur. L’équipement est également important. Il ne doit pas absolument être de qualité extra-supérieure, mais il doit à tout le moins être approprié. Prêchant pour sa paroisse, Sébastien rappelle que les experts de chez Moût International peuvent vous aider à acheter vos premiers équipements, selon votre budget et vos préférences. Même scénario pour les ingrédients qui seront nommés plus bas.

L’autre point primordial est la propreté. Dans la liste d’équipement, vous trouverez un agent nettoyant ainsi qu’un assainisseur. Il est plus qu’essentiel que chaque instrument, chaque bouteille ou contenant utilisé soit désinfecté à la perfection, surtout après l’étape de l’ébullition du moût. Autrement, la bière pourrait développer des saveurs indésirables.

LA BASE : L’ÉQUIPEMENT

  1. Chaudron de 35L (ou 2 Chaudron de 19L)
  2. Une cuve d’empâtage avec faux-fond
  3. Une longue cuillère pour brasser
  4. Une cuve de fermentation
  5. Un densimètre
  6. Un tube cylindrique
  7. Thermomètre flottant
  8. PBW (agent nettoyant)
  9. StarSan (assainisseur)
  10. Capsuleur (accompagné de jus de bras).
  11. Tube flexible
  12. Remplisseur de bouteilles et bouteilles.

L’AUTRE BASE : LES INGRÉDIENTS

La bière est composée, à la base, de quatre ingrédients principaux : de l’eau, du malt (grain), du houblon et de la levure. À cela, on peut rajouter divers aromates, par exemple de l’écorce d’orange, de la coriandre ou diverses épices. Chacun de ces ingrédients doit être minutieusement choisi en fonction du goût qu’on veut obtenir dans le produit final et requiert donc une certaine expérience, d’où l’importance d’avoir l’aide d’un brasseur. Si on n’en a pas un sous la main, Sébastien recommande le site internet Brewer’s Friend, où l’on retrouve des tonnes de recettes et où on peut également partager les nôtres.

LE JOUR J… OU LE JOUR B

** Les quantités et délais suivants sont fournis à titre dexemple, ce sont ceux utilisés dans la fabrication denviron 36 bouteilles de 500ml de bière de type Weizen.

Le première étape est celle de lempâtage. On commence par chauffer 17L d’eau à 76°C. On met ensuite cette eau dans la cuve d’empâtage, et on ajoute petit à petit le grain. Pour éviter la formation de boules de pâte, on brasse en permanence. On cible une température entre 63 et 70°C, la moyenne parfaite étant de 68°C. Une fois cette température atteinte, on ferme le couvercle et on couvre la cuve avec un isolant pour conserver la chaleur (le plus simple : un sac de couchage). On laisse reposer durant 1 heure, pendant laquelle on fait à nouveau chauffer de l’eau, cette fois 14L à 78°C. Elle servira au rinçage pendant la prochaine étape.

Une fois les 60 minutes terminées, on doit filtrer notre mélange pour obtenir le moût (cette étape devrait durer environ 30 minutes, alors procédez lentement pour éviter tout désagrément). On ouvre donc la petite valve dans le bas de la cuve, et on laisse s’écouler le liquide à travers le «gâteau» de grain dans le fond de ladite cuve. On verse progressivement l’eau de rinçage sur le dessus du grain, en prenant soin de laisser toujours 1-2 pouces d’eau au dessus de la surface du gâteau, jusqu’à épuisement de l’eau.
Vient ensuite l’étape de l’ébullition. On fait donc bouillir le liquide obtenu après le filtrage, qu’on appelle le moût, pendant 60 minutes, et c’est pendant cette période que l’on ajoute le houblon et les autres aromates (si désiré).

On passe maintenant au refroidissement, qui doit se faire le plus vite possible. Chez On sen food ! , on se l’est jouée rudimentaire et on a tout simplement plongé la cuve dans la glace. La température ciblée est de 20°C.

La dernière grande étape est la fermentation. On transfère le liquide refroidit dans notre cuve de fermentation (lavée et assainie), puis on y ajoute la levure liquide en brassant avec la cuillère (lavée et assainie) pour incorporer de l’oxygène. On laisse ensuite reposer notre mélange à l’abri de la lumière pendant 10 jours, au bout desquels on procède à l’embouteillage.

On transfère la bière dans un autre contenant (surprise, il doit être assaini aussi). À la suite de quelques calculs mathématiques – qu’on peut effectuer sur le site Brewer’s Friend mentionné précédemment –, on ajoute une certaine quantité de sucre mélangé à de l’eau au mélange afin de donner à la levure quelque chose à fermenter après l’embouteillage, tout ça pour gazéifier la boisson. On embouteille, on capsule, puis on laisse reposer pendant 3 semaines. La bière est prête lorsque la densité (mesurée à l’aide d’un densimètre) est stable. 

À la vôtre.

Pour voir le vidéo

Pour voir le foodcast

  1. www.brewersfriend.com

– Camille Laventure

Bière artisanale maison : pas l’temps de niaiser !

|
À propos de l'auteur
-