DSC_0120

Oui, oui, encore mieux que ta cuisine, surtout parce que The FoodRoom s’occupe de la vaisselle.

Je rigole. Il y a des milliers d’avantages à ce concept rendu possible par les investisseurs de l’émission Dans l’oeil du dragon. Un concept vendeur, donc, mais aussi ridiculement simple: à l’achat d’un forfait, tu as droit à un nombre d’heures dans la cuisine professionnelle tout équipée et l’espace de travail partagé, à un endroit où entreposer ta bouffe de cordon bleu et à des réfrigérateurs et congélateurs plus gros que ton appartement. Party.

DSC_0133
DSC_0129

Amélie Morency, idéatrice du projet, est maintenant entourée de 7 personnes pour l’aider à mener son projet. Son bras droit en charge des ventes et du marketing, Sean English, s’est occupé de me faire visiter le FoodRoom, situé dans le quartier Chabanel, à Montréal. Les cuisines sont fonctionnelles et accueillent déjà une quinzaine de membres (qui seront bientôt rejoints par plusieurs autres), mais l’ouverture officielle est prévue pour la fin septembre.

«Il va y avoir une grande salle de réception ici, et un vestiaire pour les membres là-bas, m’explique Sean en pointant divers endroits dans l’énorme salle en construction. Ils arrivent par là, floup, se changent pour la cuisine, passent par l’entrepôt et le frigo chercher leurs aliments et floup, ils vont travailler». La salle de banquet occupant l’angle sud-ouest de la bâtisse, la moitié de ses murs ne sont que des fenêtres. Lumos!

The FoodRoom a été pensée en fonction des besoins d’un restaurateur en démarrage. Cette personne aurait donc accès à énormément de matériel professionnel et à de l’espace de travail en quantité plus que suffisante, en plus de ne pas avoir le fardeau d’une dette de début d’entreprise sur les épaules.

On le part quand, notre resto?

The Foodroom: mieux que ta cuisine

|
À propos de l'auteur
-